Une demoiselle cuivrée se gratte la tête (Calopteryx haemorrhoidalis femelle)

Une demoiselle cuivrée (Calopteryx haemorrhoidalis femelle) se gratte la tête. Quelle souplesse !

Une Calopteryx haemorrhoidalis femelle se gratte la tête

Publicités

Beauté estivale

Un vrai petit bijou, qui volète avec la grâce d’un papillon, on l’appelle la demoiselle (Calopteryx virgo) bien que celle-ci soit un mâle.

Calopteryx virgo mâleOn pourrait dire qu’elle est sculptée en émeraude, et voici la version grenat, en pleine mastication :

Copper DemoiselleC’est un Calopteryx haemorrhoidalis, en anglais Copper Demoiselle ou demoiselle de cuivre, bien vu !

Ces deux-là ont passé un long moment à se chamailler pour un territoire, quelques précieux mètres ombragés le long du ruisseau. Un très joli ballet, plein de grâce.

Et voici madame Copper Demoiselle :

Calopteryx haemorrhoidalis mâlePas encore vu madame demoiselle émeraude, mais c’était la première fois pour le mâle, il ne reste qu’à attendre et espérer.

Le bleu

En remerciement de l’article sur le vert de mon ami questionneur sans fin… ici Bleu intense du ciel de la Vanoise en 1983 :

Bleu soutenu de la gentiane à larges feuilles : Bleu léger de l’ancolie : Bleu moiré de l’argus bleu-céleste :

Bleu métallisé du mâle de la demoiselle Calopteryx virgo : Bleu bien bleu, comme le Coenagrion mercuriale : Ou bleu-gris comme les yeux de l’Onychogomphus uncatus : Et bleu délavé des volets de la maison où vécurent Braque et Picasso, à Céret (66) :

Et le bleu-violet du chardon bleu qui pousse dans la Drôme !

Tant de bleus ! Depuis que j’ai écrit cet article, je ne cesse de retrouver des photos de ciel bleu, de fleurs bleues, d’insectes bleus… Bleu comme le blues qui m’habite parfois…