L’apprentissage de l’épeire

L’entrée de mon garage est sous la terrasse et j’ai installé là des tas de plantes, le garage me servant de grande cave pleine de meubles et de bazar divers.
Cet été, une très belle épeire rose saumon s’est installée là, en plein milieu du passage, sans doute le plus favorable à la capture d’un maximum d’insectes.

épeire rose

Évidemment, la première fois que je suis passée par là, j’ai été obligée, malgré mes scrupules, de démolir sa magnifique toile. Le lendemain, elle avait refait sa toile légèrement sur le côté, mais avec un des haubans dans le passage, ce qui fait que je l’ai encore partiellement abîmée en passant. Le jour suivant, sa toile était haubanée entre plantes et plafond, sans que rien dépasse dans le passage 🙂

épeire rose

Par contre, quand j’arrosais, je devais faire attention en déplaçant le tuyau d’éviter de détruire le hauban fixant la toile au plafond. Et puis récemment, j’en ai eu marre de me contorsionner et j’ai passé mon tuyau où ça m’arrangeait, détruisant la magnifique toile (elle mesure plus de 40 cm de diamètre, sans compter les haubans). Eh bien, le lendemain, la toile était de nouveau là, mais haubanée de façon à ce que mon tuyau passe sans la toucher. Je suis émerveillée. De ses capacités d’apprentissage, de sa patience et de son opiniâtreté. Et en plus, elle est merveilleusement belle, j’avais déjà vu des épeires rousses ou grises, mais rose saumon comme ça, jamais encore.

Publicités